Pages

dimanche 29 décembre 2013

CHRONIQUE : DU Q, DU Q, DU Q et un peu de X


"Les loups ououh ! ououh ! les loups sont entrés sans Wall Street, l'un par Bercy l'autre par la City, deux loups sont entrés dans Wall Street, ah tu peut rire charmante Naomi, deux loups sont entrés dans Wall Street. Et alors, et alors....

Et alors, oui que vaut le dernier film de Martin Scorsese "Le loup de Wall Street" avec la star planétaire mais qui à du talent à revendre Léonardo Di Caprio, et Jonah Hill, Margot Robbie et Mathew Mc Conaughey.

le film c'est l'histoire de Jordan Belfort, un courtier en bourse dans les années 80/90, qui a passé 20 mois en prison pour avoir escroquer des milliers de petits épargnants, avec un truc très simple, il vend des milliers d'actions non cotés à des perdreaux, du jour et de la nuit, qui ne voient que le gain à réaliser au plus vite, malgré la crise de la bulle internet qui a provoqué un Krach, mais ces sociétés ne valent rien et Jordan Belfort le sait bien, en étant le principal actionnaire, puis faisant monter les cours artificiellement, vends ses actions et met les petits porteurs sur la paille (utilisé allègrement par Belfort) dans d'autres jeux).

Car si le pitch s'arrêtait là, on aurait déjà vu (Margin Call, Wall Street, Les initiés) cela , mais c'est la personnalité de Belfort qui est intéressante, il va après une formation aux cordeaux par un vieux loup (Mc Conaughey), dans une scène de 10mn d'anthologie de prise en main et de prise de nez, lui dire tout ce qu'il doit faire pour être une star.

Et malgré qu'il était viré de sa 1ère boite (Krach) il va construire son équipe autour de petit courtier de province (dont Jonah Hill) sans connaissances précises, et petit à petit monter une équipe de jeune trader aussi ambitieux que malveillants, et haranguer ses troupes comme Mel Gibson dans Braveheart.

Et puis l'argent aidant, il va se payer des prostitués, ou des bombasses à gros seins, toutes les drogues possibles et inimaginables et se payer des délires pendant 3 heures de Q, de drogue, de cachets et oublier d'ou il venait.

A ne pas louper une scène d'anthologie de niveau stratosphérique , ou Belfort va prendre des médocs périmés, et qui vont agir sur lui comme une bombe à retardement. On passe là 15mn de pure délire, ou Di Caprio déploie un talent hors du commun, dans une apesanteur délirante, quand le cerveau ne répond plus.

Tout ce qui est dans le film, est d'une originalité débordante, des moments forts, jouissif, du Q, du Q et une bougie,un singe en couche culotte,une Ferrari blanche et un lancer de nainset puis  Léonardo dans tous ses états et très souvent sans rien sur lui, et oui pour faire l'amour, on va pas rester habiller, sauf si on a un ascenseur sur 50 étages.

Léonardo que je considère déjà comme le plus grand acteur du monde (à revoir dans Gilbert Grape) adoubé par De Niro qui ne voulait pas de débile pour jouer dans Blessures secrètes, et tous ses films ou presque que j'encense avec les plus grands (Spielberg, Tarentino, Nolan ou Scorsese).


Si la note de 20/20 n'existait pas je lui donnerais 21 voir 22, comme pour McConaughey, et c'est deux là vont encore se battre dans mon classement annuel en 2014, comme cette année.

Et puis en 1994, il y a moins de 20 ans, j'ai eu la chance de le rencontrer au tournage à Paris de Rimbaud et Verlaine, avec une petite équipe dans les jardins du Palais Royal, et aucun spectateur, à part moi , qui suit rester assis dans la poussière 3 heures, et ai découvert un grand gamin de 1m90, que je ne connaissais pas, 20 ans après il est devenu incontournable.

Dans ce film Di Caprio n'est pas géniale, il est tout simplement hors norme, les visages déformés, les colères, les partouzes (prenez un Boeing pour savoir) et toutes les scènes ou il est présent, et notamment celle de la défonce à retardement.

Martin Scorsese est à la hauteur de son filleul de cinéma, nous montrant tous son talent de réalisateur (mais s'il y a un peu de numérique, et cela doit le faire chier)., comme dans Mean Streets, Taxi Driver, comme si Gekko avec rencontrer Scarface.

Du génie sans bouillir, sans égale, déjà pour 2014, le N°1 sera Di Caprio, et merde s'il n'a pas d'Oscar pour cela, faudra nous dire ce que c'est le talent, à part jouer peut être et Tom et Jerry handicapé avec une boite de chocolat.

En tous cas s'il adapte pas Tom et Jerry, je lui conseillerai d'adapter le livre de Jean Teulé "Charly 9", qui raconte la vie de Charles IX (cousin de Henri IV), qui dans la folie n'a rien à envier à Belfort, il a quand même organisé avec maman en 1572, le massacre de la Saint Barthélémy, puis fou de culpabilité voyait des protestants mais dans les viscères des animaux ou il fourrait sa tête, chasser dans la cour du Louvre nu, avant que sa mère demanda à ses archers de tuer le cheval pour arrêter les frais, folie peut être du à la consanguinité de ses géniteurs, un fou de la pire espèce, digne de Gilles de Rais, et comme il mesurait 1m92, il a la taille du beau Léo, et puis Jour de l'an approchant, c'est lui qui instaura un édit définitif qui décréta le 1er janvier, le 1er jour de l'année. Allez Léo au boulot, il reste plus beaucoup de rôle pour ton talent.

Parlons de la BO, on doit s'attendre à entendre , Cocaine (JJ Cale ou Clapton), Ectasy ou Heroin de Lou Reed, Acid de Lib Wyte, Angel Dust de Gil Scott Herch, L.S.D de Hallucinogen, Mellow Yellow de Donavan, ou The Speed of Paris de Marylin Manson) et bah non hélas, mais on a le droit à Plastic Bertrand avec Ça plane sur moi. Mais la BO est très bonne quand même.

Jean Dujardin a un petit rôle, probablement obtenu lors d'une soirée post-Oscar 2012 ou il était en concurrence avec Hugo Cabret de Scorsese.

Jordan Belfort en prison, sera dans la même cellule que Tommy Chong (humoriste américain) qui a joué un petit rôle dans "After Hours" de .... Martin Scorsèse.

"Le loup de Wall Street" m'a mis une grande claque dans la tête, pas besoin de psychotropes.

Et alors Philippe, toi qui travaille depuis 30 ans dans le métier cela se passe comme çà à Paris, et je vais vous décevoir, j'en ai jamais vu, ou je n'étais pas invité, mais travaillant dans des structures humaines, on avait pas ce genre de choses à Paris, bien sur je ne suis pas dupe, mais l'échelle de ces délires est trop grande pour la place de Paris, mais en prenant l'Eurostar qui sait.

Le film de l'année 2014, assurément et quel beau cadeau de Noël.

Note : 18.80


"Mes amis, mes amours, mes emmerdes. Mes relations ..............", s'échinait Aznavour, mais aujourd'hui Joseph Gordon Levitt dans "Don Jon", à plutôt des problèmes plus terre à terre : Son corps, Son appart, Sa caisse, Sa famille, Son église, Ses potes, Ses copines, mais son plus grand loisir c'est "SES PORNOS", car malgré son côté séducteur et bodybuildé, il ne trouve jamais chaussure à son pied, plus d'une nuit, ou plutôt talons aiguilles,  qui ne restent pas longtemps dans son Appart ou dans sa caisse. Il se tape entre 10/15 Pornos par jour et une boite de mouchoir, c'est son obsession.

Bien sur la famille est là pour l'aider dans son délire, son père (Tony Danza) qui pourrait lui demander si madame a été servie, sa soeur (Brie Larson) collée à son portable, et l'église ou toutes les semaines vient se confesser pour nettoyer sa conscience et purger le bébé.

Enfin, il rencontre la femme de sa vie (Scarlett Johanson) qui va emménager chez lui, et le surprendre sur Internet à regarder ses vidéos préférés, alors qu'elle préfère le cinéma classique (Lemercier, Zeitoun, ou Pef).

Et oui, la belle Scarlett va se prendre autant de vent, et comme elle a commencé sa carrière dans "l'homme qui murmurait à l'oreille des chevaux", on pourrais lui dire Scarlett au Haras, et oublie Don Jon.

Seulement une vielle Julianne Moore, lui fera oublier ses amours et ses emmerdes.

Bonne comédie sans plus, différente avec beaucoup de Q, et de Q, mais si on aime pas cela, pourquoi en dégoûter les autres.

Par contre, vu le physique de JGL, je pense qu'il prépare un rôle musclé.......... de super héros !!!!!

Note 14.00

"Une chanson douce, que me chantait ma maman, en suçant mon pouce, j'écoutais en m'endormant, cette chanson douce, je veux la chanter pour toi, car ta peau est douce, comme la mousse des bois."

 Ah, que la vie est un long fleuve tranquille, pour la famille Nonomiya, famille bourgeoise dans les faubourgs de Tokyo, depuis cela 6 ans avec l'arrivée de leur fils modèle Keita.

Jusqu'au jour ou l'hôpital de la ville, leur annonce la mauvaise nouvelle qui va bouleverser leur vie...... leur fils Keita, n'est pas leur fils, car il a été échangé par maladresse à la naissance avec le fils de la famille Saiki, moins aisé, mais aussi moins austère.

(息子のような父のような)Voilà le thème de "Tel père, Tel fils" de Hirokazu Koreeda, qui n'est pas sans rappeler le film d'Etienne Chatillez, mais ici point de Le Quesnois, ou de Groseille, ou d'enfant de Saint Esprit.

Le lundi c'est Nemh (phrase culte) qui revient dans le film et on espérait au générique l'acteur japonais Bouchiteysaki chantant " Tsuki Yomi revient , Tsuki revient, Tsuki revient parmi les tiens ....".

Voilà un film qui est certainement très bien, mais il ne me parle pas, la langue difficile à suivre, et le rythme lent, lent ....

Le X est pour ce film, bande de cochons, vous espériez encore un film de Q, mais non le X représente l'inconnu de la naissance des deux enfants qui ne savent pas ou se caser entre ses deux familles, une très riche et prête à tout et l'autre bouffant la vie à plein.

Après Chatillez, j'attends de la part du réalisateur, sa prochaine version de "Profs", dans l'héritage des chefs d'oeuvres du cinéma français, ou de 100% Koka.

Note : 13.50

Je sais vous êtes déçus, je ne parle pas du film sur Justin Bieber et d'Albator, désolé !!!!


SORTIES DE LA SEMAINE








vendredi 27 décembre 2013

BILAN BLOG

Mes amis, vous êtes 1339 avoir parcouru mon Blog depuis son début en Octobre, je suis vraiment content, je m'y attendais pas, bien sur mon groupe d'amis sur Facebook lis régulièrement mes rubriques, mais j'arrive à capter d'autres personnes en France et même dans d'autres pays étrangers (USA), Hollywood me suit.

Qu'est ce qui marche le mieux, surtout les RIP à chaque fois un beau succès, mais mes chroniques sur l'actualité cinématographique commencent à trouver leur train/train.

Beau succès en ce qui concerne l'actualité des Oscars, cela intéresse beaucoup de monde, je pense avoir beaucoup de monde qu'en on parlera festival.

Moyen par contre, la base du Blog, les anciens Oscars sauf 1951 (gros succès) mais je sens que cela va venir.

A ce jour j'ai écrit 55 artcicles.

J'espère finir l'année 2014 avec 5000 vues on verra.

Merci à tous

jeudi 26 décembre 2013

LE LOUP DE WALL STREET - COUP DE COEUR

Une claque qui vous dévisse la tête, le nouveau Martin Scorsese est au niveau des meilleurs films du maître (Casino, Mean Streets, Taxi Driver), 3 heures  de délire totales filmés près des protagonistes.
Et Léonardo Di Caprio , si la côte de 20/20 n'existait pas je lui métrerai 21. On savait que c'était un génie, mais là cela dépasse l'entendement.
Deux scènes mythiques, l'apprentissage de Léonardo par McConaughey, et la défonce à retardement de notre beau Léo. Si cela ne mérite pas un Oscar que doit-il faire ?

Plus dans la chronique de la semaine. Je vais solder mes actions, et faire le beau.


mercredi 25 décembre 2013

Ce que j'attends en 2014, au niveau Cinéma bien sûr.

Avant dans 1 semaine pile, à votre réveil, ou je vous dévoilerais mes 3ème Merlin Awards pour l'année 2013, on va faire un tour des films que j'attends pour 2014, avec toujours des surprises à venir, notamment présentés dans les Festivals (Deauville, Canne, Sundance, Beaune ou autres).

Les films attendus (pas obligatoirement les meilleurs souvent à l'arrivée), vont se battre pour être en haut du Back-Office US ou France :

- Rio 2 de Carlos Saldana
- La belle et la bête de Christopher Gans
- 47 Ronin de Carl Rimsch
- Transformers : l'âge de l'Extinction de Michael Bay
- Captain América : le soldat de l'hiver de Joe et Anthony Russo
- Les vacances du petit Nicolas de Laurent Tirard
- The Amazing Spiderman 2 de Marc Webb
- La planète des singes : L'affrontement de Matt Reeves
- Supercondriaque de Dany Boon
- 3 Days to Kill de McG
- X-Men : Days of Future Past de Bryan Singer

Malheur à celui qui va décevoir.

Par contre moi je vais attendre avec impatience les films suivants, dont 2 ce Week-end (dans ma prochaine chronique) :

- Under The skin de Jonathan Glaze
- L'homme que l'on aimait trop d'André Téchiné
- Américan Bluff de David O'Russell
- La Frecnh de Cédric Jimenez
- Un homme très recherché d'Anton Corbijn
- Kill your darlings de John Krokidas
- Last day of summers de Jason Reitman
- Les brasiers de la colère de Scoot Cooper
- Tom à la ferme de Xavier Dolan
- The monuments men de Georges Clooney
- Nos pires voisins de Nicholas Stoller
- The Judge de David Dobkin
- Les 2 Yves Saint Laurent
- Mea Culpa de Fred Cayavé
- Her de Spike Jonze
- Dalls Buyers Club de Jean Marc Vallée
- The Smell of US de Larry Clark
- Jimmy's Hall de Ken Loach
- La vie révée de Walter Mitty de Ben Stiller
- 12 Years a slave de Steve Mc Queen
- Les loups de Wall Street de Martin Scorsese

RENDEZ VOUS FIN 2014, POUR VOIR SI ON AVAIT RAISON DE SUIVRE CES FILMS

lundi 23 décembre 2013

OSCAR 1951

OSCARS 1951

Oscars 1951 sur les films sortis du 1er janvier 1950 au 31 décembre 1950, dans le comté de Los Angelès.
La 23ème cérémonie a eu lieu le 29 Mars 1951 au RKO Pantages Théatre à Hollywood la soirée était présentée par Fred Astaire.






L'année de tous les records pour All About Eve de Joseph Mankiewicz avec 14 nominations et 6 Oscars et Sunset Boulevard de Billy Wilder avec 11 nominations et 3 Oscars, qui ont vampirisés cette soirée, mais comme souvent les 2 Oscars des acteurs ne leurs sont pas revenus , José Ferrer pour Cyrano de Bergerac et Judy Holliday pour Born Yesterday, ont supplés William Holden pour Sunset Boulevard et le duo d'actrices Bette Davis et Anne Baxter pour All about Eve et Gloria Swanson pour Sunset Boulevard. Je suis pas certain que ce sont les gagnants qui sont restés dans la mémoire des spectateurs.

les stars suivantes ont remis un Oscar lors de cette soirée : Lex Barker, Arlène Dahl, Charles Brackett, Ralph Brunch (Film), Ruth Chatterton, Broderick Crawford, Marlène Dietrich, Coleen Gray, Jane Greer, Helen Hayes, Dean Jagger, Gene Kelly, Phylis Kirk, Mercedès Mc Cambridge, Léo McCarey, Marylin Monroe, Debra Paget, Debbie Reynolds, Jan Sterling et David Wayne.

Quand je regarde le palmarès, ou finalement j'ai vu peu de films (8) il en a beaucoup qui me donne envie dont les 2 principaux gagnants.

On notera dans "Quand la ville dort" dans un petit rôle, une actrice qui va bouleverser Hollywood "Marylin Monroe".

L'évènement est du coté du Box-Office France cette année là, après 10 ans d'attente le chef d'oeuvre "Autant en emporte le vent" de Victor Flemming, sort enfin sur les écrans français et engrange près de 17 millions d'entrés.

Marlène Dietrich a éclipsé toutes les vedettes féminines de la soirée, en  exposant ses jambes nus jusqu'au genou !!!

Le meilleur film étranger à l'époque était voté par le Conseil des Gouverneurs.

Sunset Boulevard a été placé 16ème en 2007 pour le meilleur film de tous les temps par l'Américan Film Institute.

Dans Sunset Boulevard, qui raconte la vie de stars hollywoodiennes, Cécil B. de Mille et la critique Hedda Hooper jouent leurs propres rôles, mais on peut également y voir des anciennes stars du muets (Buster Keaton, H.B Warner et Anna Q.Nillson).

Dans ce film on peut entendre une réplique célèbre de Gloria Swanson "Je suis une grande, ce sont les films qui sont devenus petits".

"All About Eve" est plus tourné sur le théâtre, et la confrontation de plusieurs actrices jalouses l'une de l'autre.

Dans All About Eve" on y voit également Marylin Monroe, qui commence à grimper les échelles de la notoriété.

Darryl F.Zanuck qui reçoit le prix Irving Thalberg est l'un des plus grands producteurs de cinéma.

Les principales récompenses du cinéma en 1951, hors Oscars étaient les suivantes :

Golden Globes : Sunset Boulevard (Billy Wilder)
Palme d'Or Festival de Cannes :
Lion d'Or de Venise : Justice est faite d'André Cayatte
Ours d'Or de Berlin :  

PALMARÈS DES OSCARS 1951

Meilleur FILM : ALL ABOUT EVE de Joseph L.Mankiewicz

Autres nominations :
NE HIER de Georges Cukor
LE PERE DE LA MARIEE de Vincent Minelli
LES MINES DU ROI SALOMON de Compton Bennet
SUNSET BOULEVARD de Billy Wilder

Meilleur ACTEUR :  JOSE FERRER pour CYRANO DE BERGERAC

Autres nominations :
LOUIS CLAHERN pour The magnificent Yankee
WILLIAM HOLDEN pour Sunset Boulevard
JAMES STEWART pour Harvey
SPENCER TRACY pour Le père de la mariée

Meilleure ACTRICE : JUDY HOLLIDAY pour Né hier

Autres nominations :
ANNE BAXTER pour All About Eve
BETTE DAVIS pour All About Eve
ELEANOR PARKER pour Caged
GLORIA SWANSON pour Sunset Boulevard

Meilleur SECOND ROLE MASCULIN: GEORGE SANDERS pour ALL ABOUT EVE
Autres nominations :
JEFF CHANDLER pour Broken Arrow
EDMUND GWENN pour Mister 880
SAM JAFFE pour The Asphalt Jungle
ERIC VON STRONHEIM pour Sunset Boulevard

Meilleur SECOND ROLE FEMININ: JOSEPHINE HULL pour HARVEY

Autres nominations :
HOPE EMERSON pour Caged
CELESTE HOLM pour All About Eve
NANCY OLSON pour Sunset Boulevard
THELMA RITTER pour All About Eve

Meilleur REALISATEUR : JOSPEH L.MANKIEWICZ pour ALL ABOUT EVE

Autres nominations :
GEORGE CUKOR pour Né hier
JOHN HUSTON pour The Asphalt Jungle
CAROL REED : Le 3ème homme
BILLY WILDER pour Sunset Boulevard

Meilleur SCENARIO ORIGINAL : JOSEPH L.MANKIEWICZ pour ALL ABOUT EVE

Autres nominations :
BEN MADDOW pour The Asphalt Jungle
ALBERT MANHEIMMER pour Né hier
ALBERT MALTZ pour Broken Arrow
FRANCES GOODRICH pour Le père de la mariée

Meilleur SCENARIO ADAPTATION : CHARLES BRACKETT pour SUNSET BOULEVARD

Autres nominations :
RUTH GORDON pour Adam's Rib
VIRGINIA KELLOG pour Caged
CARL FOREMAN pour The Men
JOSEPH L.MANKIEWVICZ pour No way out

Meilleur FILM ETRANGER : THE WALLS OF MALAPAGA 

Autres nominations :


Meilleur FILM DOCUMENTAIRE : THE TITAN : STORY OF MICHELANGELO

Autres nominations :
WHITH THESE HOUNDSr

Meilleurs PHOTOGRAPHIE EN NOIR ET BLANC : ROBERT KRASKER pour le 3ème HOMME.

Autres nominations :
MILTON R.KRASNER pour All About Eve
HAROLD ROSSON pour The Asphalt Jungle
VICTOR MILNER pour The Furies
JOHN F.SEIZ pour Sunset Boulevard

Meilleure PHOTOGRAPHIE EN COULEUR : ROBERT L.SURTEES pour LES MINES DU ROI SALOMON

Autres nominations :
CHARLES ROSNER pour Annies Get Your Gun
ERNEST PALMER pour Broken Arrow
ERNEST HALLER pour The Flame and the arrow
GEORGES BARNES pour Samson et Dalila

Meilleure DIRECTION ARTISTIQUE en NOIR ET BLANC : HANS DRETER pour SUNSET BOULEVARD

Autres nominations :
LYLE WHEELER pour All About Eve
CEDRIC GIBBONS pour the Red Danube

Meilleure DIRECTION ARTISTIQUE EN COULEURS : HANS DREIER pour SAMSOM ET DALILAH

Autres nominations :
CEDRIC GIBBON pour Annie Get Your Gun
ERNST FEGTE pour Destination Moon

Meilleur COSTUMES EN NOIR ET BLANC : EDIT HEAD pour ALL ABOUT EVE

Autres nominations :
JEAN LOUIS pour Born Yesterday
WALTER PUNCKETT pour The Magnificent Yankee


Meilleur COSTUMES EN COULEURS : EDITH HEAD pour SANSOM ET DALILAH

Autres nominations :
MICHAEL WHITAKER pour The Black Rose
WALTER PLUNCKETT pour That Forsyte Woman

Meilleur MONTAGE : RALPH E.WINTERS pour LES MINES DU ROI SALOMON

Autres nominations :
BARBARA MCLEAN pour All About Eve
JAMES E.NEWCON pour Annie Got Your Gun
ARTHUR SCHMIDT pour Sunset Boulevard
OSWALD HAFENRICHTER pour Le 3ème homme

Meilleure MUSIQUE FILM DRAMATIQUE : FRANZ WAXMAN pour SUNSET BOULEVARD

Autres nominations :
ALFRED NEWMAN pour All About Eve
MAX STEINER pour The Flame and the Arrow
GEORGES DUNING pour No Sad Songs for Me
VICTOR YOUNG pour Samson et Dalilah

Meilleure MUSIQUE FILM MUSICAL : ADOLPH DEUTSCH pour ANNIE GET YOUR GUN

Autres nominations :
OLIVER WALLACE pour Cendrillon
LIONEL NEWMAN pour I'll Get By
ANDRE PREVIN pour Three Little Words
RAY HEINDORF pour The West Point Story

Meilleure CHANSON : " MONA LISA" de RAY EVANS pour CAPITAINE CAREY

Autres nominations :
"BE MY LOVE" de Nicholas Brodsky pour Be My Love
"BIBBIDI-BOBBIDI-BOO de Mack David pour Cendrillon
"MULE TRAIN" de Fred Glickman pour Siging Guns
"WHHELMINA" de Josef Myrow pour Wabash Avenue


Meilleur SON : THOMAS T.MOULTON pour ALL ABOUT EVE

Autres nominations :
C.O SLYFIELD pour Cendrillon
LESLIE I.CAREY pour Louisa
GORDON SAWYER pour Our Very Own
CYRIL CROWHUSRT pour Trio

Meilleur EFFETS VISUELS : GEORGE PAL pour DESTINATION MOON

Autres nominations :
CECIL B.DE MILLE pour Samson et Dalilah

Meilleur COURT-METRAGE DESSIN ANIME : GERALD MCBOING-BOING

Autres nominations :
JERRY COUSINS
TROUBLE INDEMNITY

Meilleur COURT METRAGE DE FICTION: IN BEAVER VALLEY

Autres nominations :
GRANDMA MOSES
MY COUNTRY TIS OF THEE


Meilleur COURT-METRAGE DOCUMENTAIRE : WHY KOREA ?

Autres nominations :
THE FIGHT : SCIENCE AGAINST CANCER
THE STAIRS



Meilleur HISTOIRE : EDNA ANHALT pour PANIQUE DANS LA RUE

Autres nominations :
GIUSEPPE DE SANTIS pour Bitter Rice
WILLIAM BOWERS pour The Gingfighter
LEOPOLD SPIGELGLASS pour Mystery Street
SY GOMBERG pour When Willie Gomes Marching Gomes

PRIX HUMANITAIRE IRVING G.THALBERG : DARRYL F.ZANUCK

OSCAR D'HONNEUR : 

GEORGE MURPHY pour ses services dans l'interprétation de l'industrie cinématographique de l'ensemble du pays.

LOUIS B.MAYER pour service éminents rendus à l'industrie cinématographique.






OSCARS 1951 RECAPITULATIF

FILM
OSCAR
NOMINATION
VU/PAS VU
ALL ABOUT EVE
6
14
PAS VU
SUNSET BOULEVARD
3
11
PAS VU
SAMSON ET DALILAH
2
5
VU
COMMENT L'ESPRIT VIENT AUX FEMMES
1
6
PAS VU
LES MINES DU ROI SALOMON
2
3
 VU
LE 3ème HOMME
1
3
VU
QUAND LA VILLE DORT
0
4
VU
LE PERE DE LA MARIEE
0
3
 VU
HARVEY
1
2
VU
DESTINATION MOON
1
2
PAS VU
CENDRILLON
0
2
VU
FEMME EN CAGE
0
3
PAS VU



NOMBRE DE FILMS NOMINES
37
NOMBRE DE FILMS RÉCOMPENSÉS
9
NOMBRE DE FILMS VU NOMINES
8




En cette année 1950, certains de nos futures stars des écrans ont bouleversés les nuits et les jours de leurs parents.

Né en 1950: Daniel Auteuil, Trinitad Silva, Michael Ironside, Cybill Sheperd, John Hughes, Julie Walters, Neil Jordan, Jerry Zucker, William H.Macy, Brad Dourif, William Hurt, Martin Short, Alan Silvestri, Robbie Coltrane, Chrtsine Lahti, Ron Perlman David Graf, Philip Noyce, Gabriel Byrne, Nathy Naker, Belinda Bauer, Nancy Allen, Bill Murray, John Sayles, Randy Quaid, Howard Rollins, John Cnady et Ed Harris.

En cette année 1950, ils ont quitté cette terre, mais pas les écrans pour l'éternité.

Mort en 1950 : Emil Jannings, John M.Sthal, Marguerite de la Motte, Walter Huston, Antonie Neosinska, Al Jolson, Maurice Costello et William Garwood.



En cette année 1950, certains de nos futures stars de l'écran (devant et derrière) ont débutées leurs carrières au cinéma, cette année-là.

Marlon Brando, Tippi Hedren, Sophia Loren, Peter Sellers et Robert Wagner.



BOX OFFICE USA 1950 EN $

CLASS
FILMS
EN $
MOI
1
CENDRILLON
141 087 000 $
1
2
LES MINES DU ROI SALOMON
5 56 000 $
3
3
ANNIE DU FAR WEST
4 919 000 $
PAS VU
4
SUNSET BOULEVARD
4 425 000 $
PAS VU
5
LE PERE DE LA MARIEE
4 115 000 $
2
6
WABASH AVENUE
4 054 000 $
PAS VU
7
ALL ABOUT EVE
3 600 000 $
PAS VU
8
LA FLECHE BRISEE
3 300 000 $
4
9
AT WAR WITH THE ARMY
3 100 000 $
5
10
MY BLEU HEAVEN
3 000 000 $
PAS VU


BOX OFFICE FRANCAIS 1950 EN ENTREES


CLASS
FILMS
EN ENTREE
MOI
1
AUTANT EN EMPORTE LE VENT
16 723 812
1
2
CENDRILLON
12 873 677
2
3
NOUS IRONS  A PARIS
6 65 693
5
4
UNIFORMES ET GRANDES MANŒUVRES
4 588 407
PAS VU
5
LES 3 MOUSQUETAIRES
4 362 03
4
6
JUSTICE EST FAITE
4 319 752
3
7
LE ROSIER DE MME HUSSON
4 304 624
7
8
MEUTRES
4 013 769
PAS VU
9
LE ROI PANDORE
3 625 511
6
10
LES CONQUERANTS D’UN NOUVEAU MONDE
3 102 260
PAS VU
11
LE GRAND CIRQUE
3 043 781
PAS VU
12
PIGALLE – SAINT GERMAIN DES PRES
3 009 63
PAS VU

          
  MON CLASSEMENT DES FILMS NOMINES EN 1951 AUX OSCARS (ANNÉE 1950)

1 - HARVEY
2 - QUAND LA VILLE DORT
3 - CENDRILLON
4 - SAMSOM ET DALILAH
5 - LE PERE DE LA MARIEE
6 - LES MINES DU ROI SALOMON
7 - BORN YESTERDAY
8 - MADAME PORTE LA CULOTTE




Google+ Badge

Google+ Badge

Google+ Badge