Pages

lundi 31 juillet 2017

UN LIVRE POUR VOS VACANCES : LES MAINS AU CINEMA DE SANDRINE MARQUES

Si Quentin Tarantino fait une fixation sur les pieds, d'autres réalisateurs sont nettement plus portés sur les mains. Et beaucoup plus qu'on ne le croit au premier abord. Il y a bien sûr Charles Laughton et les phalanges tatouées de Robert Mitchum dans La Nuit du chasseur ou le Pickpocket de Robert Bresson, qui ont tous deux une place de choix dans le livre de Sandrine Marques (la couverture et une partie de l'introduction pour l'un et un chapitre entier pour l'autre). Et il sont bien entourés.
C'est ainsi que Le Voleur de bicyclette et Gilda sont réunis par l'affiche du film avec Rita Hayworth et ses célèbres gants, que Freddy Krueger et Edward aux mains d'argent combinent des griffes et la présence de Johnny Depp au casting, ou que les cinémas d'Alfred Hitchcock, Claude Chabrol et Fritz Lang se rejoignent comme les doigts de la main dans leur rapport au crime. Citons également la perversité de Lolita, ou les parallèles manuels de Heat, parmi les chapitres de ce livre qui nous offre un autre point de vue sur des longs métrages que certains connaissent par coeur.
Illustré par les photogrammes issus des scènes évoquées dans le livre, "Les Mains au cinéma" se compose de quinze (courts) chapitres brassant aussi bien le néoréalisme italien et les super-héros que l'horreur ou le cinéma de Martin Scorsese, qui apparaît comme le plus fétichiste des réalisateurs avec quatre longs métrages évoqués. Des oeuvres que vous aurez sans doute envie, au même titre que les autres, de revoir afin d'approfondir votre lecture d'un ouvrage à mettre entre les vôtres de mains.
"Les Mains au cinéma" de Sandrine Marques - Edité chez Aedon - Disponible depuis le 12 juillet - 19 euros

LE PRESIDENT DE HBO SOUHAITE UNE SAISON 2 POUR BIG LITTLE LIES

Pendant la conférence de presse de la Television Critics Association, le président des programmes HBO, Casey Bloysa donné des informations sur l’avenir de True Detective, mais aussi sur Big Little Lies
Bloys aurait demandé à l’auteur Liane Moriarty de reprendre son histoire pour réfléchir à la mise en place d’une saison 2 potentielle. "Je suis très curieux de voir ce qu’elle va nous amener", déclare Casey Bloys.
Les actrices, Nicole Kidman et Reese Witherspoon, ont chacune montré l’envie de revenir pour une nouvelle saison, mais le producteur exécutif et réalisateur Jean-Marc Vallée semblait plus réticent à l’idée d’une suite en déclarant qu’il n’y avait "aucune façon et aucune raison de faire une saison 2". La conclusion avait été faite de telle manière qu’il appartenait au public d’imaginer la suite".
Mais le président d’HBO espère cette seconde saison. "Je sais que Jean-Marc a dit ça… mais Nicole et Reese peuvent être très convaincante", plaisante Casey Bloys. Et il ajoute : "D’abord, nous devons voir le scénario et si ça vaut le coup qu’on y travaille, on aura une discussion avec les réalisateurs".
Big Little Lies est inspiré du roman éponyme de Liane Moriarty. On y suit la vie de trois femmes, Madeline, Jane et Celeste qui se lient d’amitié. Le quotidien de ces femmes dans la ville de Monterey finit par être chamboulé le jour où le fils de Jane est accusé d’avoir étranglé une camarade de classe et qu’un meurtre se produit lors d’une soirée caritative organisée par l’école. 
La série a été créé par David Edward Kelley, le créateur d’Ally McBeal et The Practice

BANDE ANNONCE DE DETROIT DE KATHRYN BIGELOW AVEC JOHN BOYEGA

Kathryn Bigelow a su nous étonner avec Zero Dark Thirty et va encore le faire cette année avec Détroit, un film sur les émeutes de Détroit en 1967 avec John Boyega en tête d'affiche 

Synopsis 

A l'été 1967, la ville de Detroit est secouée par des émeutes...  



UN DEUXIEME FILM SUR LES SIMPSON POURRAIT VOIR LEJOUR

Cette année, le film Les Simpson fête ses 10 ans. Et oui, dix ans déjà qu’est sorti le long métrage de la série animée et beaucoup se demandent s’il y aura une suite un jour. Depuis le succès du film, des discussions sur un second long-métrage ont eu lieu mais rien a été concrétisé.
Ceux qui attendent un film, peuvent se réjouir puisqu’il arrivera un jour. Cependant, il ne faut pas trop s’extasier de trop parce que ça n’arrivera pas avant un certain temps.
Le réalisateur du film David Silverman, s’est récemment entretenu avec EW en compagnie du producteur Al Jean. Silverman souhaite que ça arrive mais il prévient que ce ne sera pas dans un futur proche : “J’adorerai faire un autre [film]. Nous en sommes encore loin. Nous en parlons ça et là, nous y pensons mais rien n’est encore arrivé. C’est toujours très intimidant parce que ça nous a vraiment éprouver de faire le film et la série en même temps.”
Il est très compliqué de faire un second film parce que les gens qui travaillent sur la série sont les mêmes que sur le film. Faire les deux en même temps a été difficile pour tout le monde la première fois. Mais ce n’est pas la seule raison, Al Jean ne veut pas faire une suite juste pour faire une suite.
“C’est à un stade très précoce. Je prends mes précautions sur beaucoup de choses. Je ne veux pas prendre de risques en termes de budget et je ne voudrais rien faire uniquement pour l’argent. Je veux que ce soit un film vraiment génial. Personnellement, ça n’en vaut pas la peine si ce n’est pas génial.”
Les Simpson : le film, qui a coûté 75 millions de dollars, a engrangé 527 millions au box office dans le monde. Ce n’est pas surprenant qu’une suite soit dans les tuyaux chez la Fox; mais ce n’est pas encore le moment pour un film.
En attendant, la série revient pour sa saison 29 à la rentrée prochaine sur la Fox. En France, la série est à voir sur W9. 

PREMIERE IMAGES DE DID YOU WONDER WHO FIRED THE GUN DE TRAVIS WILKERSON

DID YOU WONDER WHO FIRED THE GUN ? : 1eres curieuses images d'un doc en compet' à Locarno

DID YOU WONDER WHO FIRED THE GUN ? : 1eres curieuses images d'un doc en compet' à Locarno
Alabama, 1946. S.E. Branch, un raciste blanc du Sud et l’arrière grand-père de Travis Wilkerson, assassinait Bill Spann, un homme noir. Ce meurtre est devenu un secret de famille scrupuleusement tu. Lorsque Wilkerson s’apprête à faire la lumière sur ce mystère, il ne rencontre qu’obstacles et dossiers détruits et tout le monde refuse d’en parler. On l’accuse de jeter l’opprobre sur la famille, de remuer de vieilles histoires dont personne ne veut entendre parler. Et c’est bientôt sa vie qui va être menacée...
Voici le pitch de Did You Wonder Who Fired the Gun ? réalisé par l'Américain Travis Wilkerson. Ce film figure en compétition du prochain Festival de Locarno, 

Source : www.filmdeculte.com
DID YOU WONDER WHO FIRED THE GUN ? : 1eres curieuses images d'un doc en compet' à LocarnoDID YOU WONDER WHO FIRED THE GUN ? : 1eres curieuses images d'un doc en compet' à LocarnoDID YOU WONDER WHO FIRED THE GUN ? : 1eres curieuses images d'un doc en compet' à LocarnoDID YOU WONDER WHO FIRED THE GUN ? : 1eres curieuses images d'un doc en compet' à Locarno

BANDE ANNONCE DE LES GRANDS ESPRITS DE OLIVIER AYACHE-VIDAL AVEC DENIS PODALYDES

Les Grands esprits est un film réalisé par Olivier Ayache-Vidal avec Denis Podalydès, Zineb Triki qui sera disponible dans les salles obscures dès le 13 Septembre prochain. 

Synopsis 

François Foucault, la quarantaine est professeur agrégé de lettres au lycée Henri IV, à Paris. 
Une suite d'événements le force à accepter une mutation d’un an dans un collège de banlieue classé REP +. Il redoute le pire. A juste titre.
  



BANDE ANNONCE DE INGRID GOES WEST DE MATT SPICER AVEC ELIZABETH OLSEN

Ingrid Goes West est un film réalisé par Matt Spicer avec Aubrey Plaza, Elizabeth Olsen dont la date de sortie est encore inconnue 

Synopsis : 

Ingrid, jeune femme mentalement instable, devient obsédée par Taylor, spécialisée dans les réseaux sociaux et dont la vie semble parfaite. Un jour, Ingrid décide de rencontrer Taylor "dans la vraie vie". Son comportement devient alors bizarre et de plus en plus dangereux.  



PREMIERE IMAGES DE ANGELS WEAR WHITE DE VIVIAN QU

ANGELS WEAR WHITE: 1eres images du film de la Chinoise Vivian Qu en compet' à la Mostra de Venise

ANGELS WEAR WHITE: 1eres images du film de la Chinoise Vivian Qu en compet' à la Mostra de Venise
Dans une petite ville balnéaire, deux écolières sont agressées par un homme dans un motel. Mia, un adolescente qui travaillait à la réception ce soir-là, est la seule témoin. Par peur de perdre son emploi, elle ne dit rien. Pendant ce temps, Wen, l'une des victimes âgée de 12 ans, constate que ses problèmes ne font que commencer. Dans un monde incapable de les protéger, Mia et Wen devront s'en sortir seules...
Voici le pitch de Angels Wear White, second long métrage de la Chinoise Vivian Qu après le plutôt prometteur Trap Street. Figure-clef du cinéma indépendant chinois, Qu est également la productrice de l'Ours d'or Black Coal ou du fascinant ovni Longing for the Rain.
Angels Wear White figure en compétition de la Mostra de Venise,   C'est le seul film de cette compétition à être réalisé par une femme, une lamentable habitude pour la Mostra qui déjà en 2016 n'avait trouvé qu'une réalisatrice à sélectionner (Ana Lily Amirpour pour The Bad Batch).
Source : www.filmdeculte.com
ANGELS WEAR WHITE: 1eres images du film de la Chinoise Vivian Qu en compet' à la Mostra de VeniseANGELS WEAR WHITE: 1eres images du film de la Chinoise Vivian Qu en compet' à la Mostra de Venise

PROJET : UNE NOUVELLE SERIE "THE ROOK" PAR L'AUTEUR DE LA SERIE TWILIGHT

L'auteur de la saga Twilight produit une nouvelle série intitulée The Rook, se centrant sur une jeune femme poursuivie par de sombres adversaires paranormaux, tout en luttant contre ses propres pouvoirs. Le show est conçu pour Starz par Stephen Garrett, à qui l'on doit la récente The Night Manager.
Le scénario sera signé de Sam Holcroft et Al Muriel d'après le roman de Daniel O’Malley traduit chez nous sous le titre d'Au service surnaturel de sa majestéL'éditeur décrit ainsi l'ouvrage :
"Victime d'une agression, Myfanwy Thomas reprend conscience dans un parc de Londres. Autour d'elle, des hommes en costume portant des gants de latex. Tous sont morts (...) [et] Myfanwy ne se souvient plus de rien. Elle a sur elle une lettre écrite de sa main lui expliquant qui elle est et ce qu'elle doit faire pour découvrir qui veut l'éliminer.
Elle rejoint alors le siège de l'Échiquier, une organisation secrète chargée de combattre les forces surnaturelles qui menacent la Couronne. Au sein de cette version paranormale du MI5 anglais où elle occupe un poste élevé, entourée de surdoués aux pouvoirs plus que spéciaux, la jeune femme va rapidement se retrouver seule, cherchant son chemin dans un univers d'ombres et de menaces. À présent, il va lui falloir lever le voile sur une conspiration aux proportions inimaginables."
Outre cette série The Rook, Meyer vient de produire le film Down a Dark Hall, avec Uma Thurman, l'histoire d'une étudiante fraîchement arrivée dans son internat, qui doit faire face aux pouvoirs dangereusement séduisants de sa directrice et développe des capacités capables de la rendre puissante ou de la détruire.

SAMUEL L.JACKSON DANS LA SERIE "OLD MAN" D'APRES THOMAS PERY

Alors qu'il domine Hollywood avec son rôle de Nick Fury dans l'univers Marvel, Samuel Leroy Jackson va bientôt envahir les petits écrans en étant la tête d'affiche d'une nouvelle série, "Old Man". Selon le site Deadline, la série, adaptée du roman éponyme de Thomas Pery, suit Dan Chase, un vétéran qui est rattrapé par son passé militaire après avoir passé 35 ans à se cacher. 
Une mode qui sévit chez les stars. Si la série n'a pas encore de diffuseur, Deadlineprécise que plusieurs offres sont sur la table, parmi elle Amazon, Showtime, Netflix ou encore HBO. Quoi de plus normal pour une série qui met en avant le deuxième acteur hollywoodien le plus rentable de ces dernières années. Samuel L Jackson n'est pas le premier à faire le saut vers le petit écran : à l'heure de la guerre des talents à Hollywood qui l'oppose aux nouveaux annonceurs, comme Netflix, les gros chèques semblent être devenus monnaie courante pour s'assurer de la collaboration d'une tête d'affiche digne de ce nom. Robert de Niro va ainsi toucher 850.000 dollars pour chacun des 20 épisodes de la première série de David O Russel - Happiness Therapy, Joy - selon Variety. Et quand on voit le succès d'une série comme House of Cards avec Kevin Spacey, ou plus récemment Nicole Kidman avec Big Little Lies, il n'est pas étonnant que le filon soit exploité.

dimanche 30 juillet 2017

MON AVIS SUR 120 BATTEMENTS PAR MINUTE DE ROBIN CAMPILLO (UN COUP DE COEUR D'EMOTION)

120 BATTEMENTS PAR MINUTE de Robin Campillo est un Drame Français qui raconte les premiers temps du mouvement ACT-UP PARIS.

Il y a des films qui de temps en temps (Le Fils de Saul, The Mommy) vous remue les neurones, vous fait battre votre coeur, vous scotch au mur pour ne plus vous en détachez et 120 BPM en fait partie et avec 120 raisons en plus.

120 Battements par minute c'est un film sur la vie, les combats, l'amour, la mort, l'homosexualité, les molécules mais surtout l'envie de vivre.




ATTENTION SPOILERS : SPOILERS POUR VOUS FAIRE ENVIE D'ALLER VOIR LE FILM


120 Battements le titre du film est essentiellement le tempo de la musique House (en réalité 124 mais on triche un peu) qu'adore le réalisateur Robin Campillo et qui berce le film au moment les plus émotionnels pour en faire descendre la pression, notamment pour ces scènes en boîte nuit comme le titre de Bronski Beat (Smalltown Boy), même si comme le dit le réalisateur ils ne passaient pas leurs temps en boîte de nuit, mais Campillo a aimé donné une entorse à la réalité. Mais 120 Battements c'est aussi celui des cœurs ceux de nos héros (le cœur bat normalement entre 60 et 100, et au-delà comme à 120 cela s'appelle de la Tachycardie) que soient lors de leurs RH, de leurs passions personnelles amoureuses, ou du spectateur ou l'émotion monte crescendo.

Pas si innocent que cela de trouver un morceau de Bronski Beat dans ce film, car son leader le charismatique Jimmy Sommerville était très proche des fondateurs d'Act-Up Paris et de Robin Campillo jusqu'à prêté son appartement parisien à ses amis, Campillo a failli réussi à intégrer un concert recréé pour l'occasion de Sommerville dans le film, cela a pas pu se faire, quel dommage !!!

Résultat de recherche d'images pour "120 battements par minutes imdb"

Mais cela est peut-être aussi un hasard même si je ne me hasarderais pas là-dessus, mais dans le début des années Sida, il y avait dans le même quartier une boite qui s'appelait "120 Nuits" plus spécialisé Punk et qui faisait à une autre référence"120" à celui de Sodome et Gomorrhe de Pasolini.

Le film a été reçu avec enthousiasme par la presse française et étrangère lors du Festival de Cannes à l'exception de trois journaux , qui comme par hasard sont des journaux très marqués à droite, il n’est donc pas impossible que lors de la fouille à l'entrée de la projection, ils aient laissé leurs cœurs et leurs émotions aux vestiaires, mais cela nous surprend -t-il.

Résultat de recherche d'images pour "120 battements par minutes imdb"

120 Battements de Cœur par Minute à obtenu le Grand Prix du Jury au Festival de Cannes 2017 et déjà plusieurs Prix donc le Prix du Public de Cabourg.

120 Battements se veut un film hommage, car il est pas sur aujourd'hui que les survivants d'Act-Up Paris aiment les éloges qui peuvent pleuvoir sur leur mouvement, ce qui n'a jamais été le cas au moment de l'histoire et même après coup , il faut donc prendre ce film comme un hommage aux morts et au vivants de cette grande aventure que connaissait bien Robin Campillo étant lui-même adhérent du mouvement dans ces années-là comme son coscénariste Philippe Mangeot ancien Président d'Act-Up Paris, mais surtout fils du PDG de Glaxo-Wellcome France qui a produit l'AZT le premier médicament homologué contre le Sida, c'est dire s'ils connaissaient bien le sujet et le mieux pour en parler. Mais surtout probablement pour Campillo une sorte d'exorcisme.

Résultat de recherche d'images pour "120 battements par minutes imdb"

En quelques mots qu'est-ce Act-Up Paris, Act-Up est une association militante de lutte contre le Sida, issue de la communauté homosexuelle, créée en Juin 1989, suivant le modèle américain, bénéficiant d'une totale autonomie (côté financier, l'état, la région, les laboratoires, Pierre Bergé ou Agnès B. aidèrent au fonctionnement) et qui se focalisait par un certain nombre de techniques activistes relatives tant à la visibilité de la lutte engagée qu'au mode de fonctionnement par des prises de décision au consensus.

Résultat de recherche d'images pour "120 battements par minutes imdb"

Leurs objectifs, alerter les médias sur l'épidémie de Sida, et faire pression sur les politiques pour améliorer l'image et la prise en charge des malades, de leur genre, de leur sexualité ou de leur inclusion (prostitués, prisonniers, situation irrégulières, toxicomanes etc..) allant plus défendre les majorités exclus pour en faire profiter les minorités.

Dans une grande partie du film, c'est cette et son histoire que Robin Campillo nous raconte et surtout nous donne l'occasion de rappeler que certains mouvements n'ont pas l'image aussi noir que le public pouvait croire à cause des médias et des politiques qui se sont échinés à donner pendant des années, ce qui à donner une image négative du mouvement.

Résultat de recherche d'images pour "120 battements par minutes imdb"

La base du mouvement c'était la désobéissance civile, très d'actualité ces derniers mois, entre La France Insoumise, Nuit Debout ou les Zadistes de Notre Dame des Landes, Act-Up Paris n'a jamais pratiqué la violence physique il faisait des actions provocatrices soient, mais les moyens en valaient la raison.

Personnellement je connaissais l'action d'Act-Up, ayant participé a beaucoup de Gay-Pride et le char d'Act-Up était souvent suivi avec intérêt car leur action même pendant cette marche valait toujours leurs pesants d'or comme leurs façons de se coucher par terre sans bouger, pour montrer le nombre de morts à chaque instant, ou le triangle rose sur fond noir qui rappelait les heures sombres de la dernière guerre, et bien sur la capote géante sur l'Obélisque place de la Concorde, que j'avais vu parce que je trouvais cela marrant.

Résultat de recherche d'images pour "120 battements par minutes imdb"

Oui je vais pas être hypocrite , à cet époque mes amis tombaient autour de moi comme une feuille fanée sans qu'on puisse y faire grand-chose et je n'ai pas compris ou me suis pas intéressé au combat d'Act-Up ou de Aides dans un autre genre, par ignorance, par lâcheté peut-être , comme beaucoup d'autres on regardait cela de loin , pas d'animosité de ma part c'est pas mon genre, mais j'avais d'autres chats à fouetter et j'avais plus l'illusion que me donnait la Presse de combat d'arrière-garde, et c'est pourquoi que 120 BPM est important car il nous montre la raison pourquoi ces hommes et ces femmes se battaient contre des moulins, contre la cupidité des Laboratoires, le conservatisme des partis politiques à la limite de l'homophobie qui ont encore aujourd'hui leur descendant dans certaines Manif pour Tous (avantage aujourd'hui on peut s'actualiser le cerveau grâce à internet) et l'indifférence du bon peuple français qui ne s'intéressait pas à ces jeunes gens qui se battaient pas pour eux, non pour nous (y compris eux), pour rester vivant, et d'emmener le plus loin possible dans leur vie leurs amis, leurs amours, leurs amants.

Résultat de recherche d'images pour "120 battements par minutes imdb"Résultat de recherche d'images pour "120 battements par minutes imdb"

Oui comme disent les fondateurs de ce groupe ce ne sont pas des héros, mais ce ne sont pas des zéros non plus, car pour moi tant pis si je choque, les héros pour moi sont les infirmières, les aides-soignantes, les internes et les médecins qui voyaient au quotidien la grande détresse des malades, de leurs familles ou de leurs amis.

Mais justement 120 BPM doit faire comprendre aux gens, que si des lanceurs d’alertes, nous indique les dangers pour notre santé, renseignons-nous sur le message et faisons ce qui faut pour ce qu'il arrive depuis des siècles entre le pouvoir de l'argent, le conservatisme religieux, les politiques qui ont mis à mort nous petite chose sans pouvoir, et si on le prenait ou qu'on nous écoute. Et un jour peut-être sérieusement sans le concours des adeptes du complot, on saura d'où vient cette maladie et qu'elle est son origine.

Résultat de recherche d'images pour "120 battements par minutes film"Résultat de recherche d'images pour "120 battements par minutes film"

J'ai lu dans certains journaux qui se disent spécialisés dans le cinéma que Robin Campillo était un inconnu, non messieurs relisés vos notes, Robin Campillo est méconnu pas inconnu, la faute aussi aux médias qui ne s'intéressent qu'aux vocalises de Louane ou de la remise de la mèche de Ryanne Bensetti, au lieu de s'intéresser à ce qui fait le cinéma, oui Campillo messieurs est depuis longtemps dans le cinéma, en tant que scénariste, monteur et réalisateur et ne sort pas de sa boite de préservatif comme un génie de sa lampe. Robin Campillo a quand même indirectement une Palme d'Or grâce à Entre les Murs de Laurent Cantet et un César pour l'adaptation de ce même film, et combien d'acteurs ou de réalisateurs en une de vos journaux n'ont pas le quart de la moitié de son palmarès, alors révisé vos notes. Outre ses talents de réalisateurs pour Les Revenants (120 BPM on parle aussi de morts et de vivants) ou il a été le dindon de la farce, quand le film a été décliné en série en France et aux States, mais aussi de l'excellent Eastern Boys passé inaperçu en Salles (frilosité des distributeurs qui vont courir ici pour l'avoir, parce qu'on en parle), il a été le monteur et scénariste de beaucoup de films de Laurent Cantet, ou Rebeccas Slotowski.

Résultat de recherche d'images pour "120 battements par minutes film"

120 Battements de Claquement de Doigts : Et c'est derrière un rideau d'une énième réunion pharmaceutique que nos jeunes activistes du film, attendent leurs moments pour agir à coup de sifflets et de slogans criés devant un parterre incrédule, c'est rapide , furtif on est dans l'urgence des intervenants, et c'est là la première grande idée du film , au lieu de continuer à assister au brouhaha de l'action, on retrouve les intervenants dans un amphithéâtre (sans fenêtre , comme un cercueil ?) ou a lieu chaque semaine devant un plus de 100 personnes bénévoles, une R.H (Réunion Hebdomadaire) dirigé par Thibault (Antoine Reinartz) qui semble le patron de ce groupe (personnage qui fait penser à Didier Lestrade co-fondateur de Act-Up, explique à 4 nouveaux qu'il est heureux de voir avec eux, leur explique comment fonctionne ses R.H, avec ses codes (ses claquements de doigts au lieu des applaudissements, cela vous fait des vibrations dans le corps, simple mais efficace) , de laisser la liberté de parole, si les gens veulent s'engueuler qu'ils le fassent en dehors de la salle (on y reviendra) et va pendant plusieurs dizaines de minutes à travers ces moments comment fonctionne Act-Up Paris pour les nouveaux et aussi pour les spectateurs novices dans ce cas de figure, cette façon de filmer me fait évidemment penser à Entre les Murs avec le même principe, penser qu'on est dans un documentaire, alors que tout est écrit et scénarisé. C'est vivant , jouissif et addictif.

Résultat de recherche d'images pour "120 battements par minutes film"Résultat de recherche d'images pour "120 battements par minutes film"

C'est là qu' Eva (Aloïse Sauvage) et Luc (Simon Bourgade) s'assure que les règles de l'association s'applique et que la liberté de parole de chacun puisse s'appliquer, et c'est justement ce moment ou va revenir sur la première scène du film, ou on s'aperçoit qu'un jeune du groupe a fait une faute importante dans les règles de l'association "la violence physique" qui est banni de la conception du groupe, oh il a pas fait grand-chose (il a menotté l'intervenant de la réunion qu'ils ont perturbés) et cela ne plait pas du tout à Thibault, Eva et Luc.

Résultat de recherche d'images pour "120 battements par minutes film"Résultat de recherche d'images pour "120 battements par minutes film"

Ce jeune intervenant qui a biaisé les règles c'est Sean, jeune homme séropositif, complètement en colère et voulant qu'on aille plus loin avec plus de puissance dans les actes et dans les faits, il était avec son copain Max (Félix Maritaud) qui l'aide du regard et de la voix. Ce Sean même si le film n'est pas une autobiographie fait penser à Cleews Vellay personnage central d'Act-Up mais tout aussi incontrôlable.

Cette séquence qui peut sembler longue est pour moi indispensable de comprendre le fonctionnement de Act-Up Paris (à travers d'autres actions) et c'est véritablement de l'art de comment expliquer les choses sans être trop didactique et perdre en route le spectateur.

Résultat de recherche d'images pour "120 battements par minutes film"Résultat de recherche d'images pour "120 battements par minutes film"

Mais dans cette période du film, on s'aperçoit de la grande maîtrise de réalisation et du montage de Robin Campillo (qui fait lui-même ses montages) car cette scène a été filmé par trois caméras en même temps, et va permettre au montage de prendre les bons et les mauvais moments des scènes jouées par les acteurs et donné un rythme incroyable de puissance au film, qui fait qu'on est nous sans voix.

Résultat de recherche d'images pour "120 battements par minutes film"Résultat de recherche d'images pour "120 battements par minutes film"

Et c'est aussi la magie du cinéma, car pour parler des acteurs ne sont pas des personnes concernées par le sujet (au contraire des figurants si on reprend la fiche de casting qui avait été faite fin 2015) ou cela donne l'impression que tous ces jeunes présents sont des vrais habitués de ce type de réunion (que ce soit act-up, syndicat, France insoumise, zadistes ou Nuit debout) et bien non sans arguer de leurs idées politiques tous ces jeunes (des gamins pour moi) ont été castés par Leila Fournier, Sarah Teper et Robin Campillo, qui ont fait un travail extraordinaire pendant les mois d'essai dans les castings , à part Adèle Haenel, personne n'avait son rôle assuré cela  a été un travail suivant le réalisateur de trouver les bons boutons entre les acteurs pour que cela marche, qu'ils puissent avoir le même type de langage (comme dirais gentiment Campillo un parler PD), que chacun puisse se rendre les mots l'un à l'autre dans une grande fluidité, rien que ce travail vaut au moins 3 Césars.

Résultat de recherche d'images pour "120 battements par minutes film"Résultat de recherche d'images pour "120 battements par minutes film"

Avant de revenir à nos héros (même si je pense qu'ils doivent refuser ce terme), revenons à ces acteurs qui font partis de ces RH, tout d'abord la jolie et explosive dans son jeu  Aloïse Sauvage (Eva) qui fait la police dans ce melting-pot de jeunes enragés ou calmes, elle arrive par son jeu à donner l'impression qu'elle a fait ça toute sa vie, c'est déjà impressionnant , elle qui est artiste de cirque à la base montre tout son talent comme dans Mal de Pierres de Nicole Garcia ou Django de Etienne Comar et on la vue dans la série Trepalium sur Arte et en ce moment en tournage pour le nouveau film de Pawel Pawlikowski la réalisatrice de Ida.  Aussi ses complices sur scène Simon Bourgade, Félix Maritaud, Mehdi Touré, Simon Guélat, Samuel Churin, Rahim Silvioli-Mehdi et Julien (Henry Fonda) et tous les autres formidables.

Résultat de recherche d'images pour "120 battements par minutes film"Résultat de recherche d'images pour "120 battements par minutes film"

Cette partie démontre en tous points, l'extraordinaire fluidité que donne Robin Campillo aux scènes qu'il a filmé, et ceux qui ont vus Entre les Murs de Laurent Cantet, retrouveront le travail du scénario et des dialogues (ou tous sont écrit) et par son montage l'excellence de son art. Robin Campillo était l'adaptateur au scénario du livre de François Bégaudeau que Cantet a amené à la Palme d'Or, pour ce film Campillo a reçu en outre un César de la Meilleur adaptation.

120 Battements de conviction : Autour de Thibault, Sean et Nathan on retrouve des jeunes gens comme Sophie (Adèle Haenel) qui mène son combat avec conviction, un jeune hémophile avec sa mère qui se sent coupable, car il est l'une des victimes des transfusés (scandale célèbre ou furent impliqués le gouvernement de Laurent Fabius) ce jeune qui va fabriquer dans sa baignoire les poches de faux sang qui seront claqués sur les vitres de société Pharmaceutique (véridique).

Résultat de recherche d'images pour "120 battements par minutes film"Résultat de recherche d'images pour "120 battements par minutes film"

Ces jeunes femmes et hommes vont mener des actions qui ont marquer leurs histoires et dont certains journaux ont donné un résumé biaisé sur la vérité dans leur façon d'agir, le film en tous cas nous permet de rétablir certains faits. On parlera ces incursions dans les laboratoires pharmaceutiques (les plus coupables de la façon où ils ont gérés la mise à disposition des molécules pour une question d'argent) ces incursions dans les lycées pour qu'on parle du problème du Sida, et que pour les adolescents se protège, l'obélisque de la Concorde habillé d'un préservatif géant(même si on le voit pas dans le film, action qui a été financé par Benneton, qui voulait se faire pardonner sa campagne publicitaires ou ses mannequins avaient tatoués "HIV") leurs entrés pas religieuse du tout dans l'église de Notre Dame pour montrer l'attitude irresponsable de l'église catholique (encore le cas aujourd'hui), et ces fameux ZAP qui consistait à se coucher devant divers organismes de santé ou politique, montrant le nombre de morts dans le monde.

Mais cela n'empêche d'avoir un peu le sourire avec ses militants bloqués dans une porte tournante, on peut tout prévoir dans la vie, mais on est pas à l'abri d'une porte récalcitrante, on y verra également Sean et ses amis en pom-pom girls pendant la Gay-Pride.

Résultat de recherche d'images pour "120 battements par minutes film"

Donc parmi ces jeunes il y a Adèle Haenel (Sophie) actrice de plus en plus connue du grand public qu'on avait découvert avec Les Ogres, mais aussi Naissance d'une pieuvre ou Les Combattants, montre sa solidarité avec ce mouvement et sa complicité avec les autres comédiens, et montre une nouvelle fois que sont talent n'était pas vain.

120 Battements d'émotion et de sensualité : Parmi les nouveaux adhérents du mouvement on trouve Jérémie (Ariel Borenstein) jeune homosexuel timide et réservé, qui ne dit pas à ces nouveaux amis son statut sérologique et son niveau de T4, mais pourtant va allez au combat jusqu'au bout de ces forces. Un jour il va tomber comme une feuille au désarroi de ces amis, et c'est cette scène qui va me faire basculer dans l'émotion, ou les larmes vont couler et ne plus quitter mon visage jusqu'à la fin. Par une simple photo sur un photo on comprendra son sort malheureux.

Résultat de recherche d'images pour "120 battements par minutes film"

Intéressant ce jeune Ariel Borenstein, artiste musical de la scène punk parisienne (ma boîte 120 Nuits lui irait bien) avec son label Lëster, qui a eu le loisir de monter les marches de Cannes en Smoking !!!! Un rôle émouvant tout en finesse, court mais essentiel pour faire comprendre que ces jeunes gens mettaient plus en force leur combat que leur propre santé, prenant des risques de sur leur santé, par désespoir peut-être comme un dernier combat avant de rejoindre l'autre rive.

Parmi les autres nouveaux venus il y a un des deux héros du film , Nathan (Arnaud Valois) jeune homosexuel séronégatif (la preuve que le combat n'était pas uniquement réservé au porteur du VIH) qui va regarder avec ses yeux de novices , toute cette organisation aussi simple que compliquée, et dans ce groupe il va être subjugué et par la beauté sauvage de Sean (Nahuel Perez Biscayart), mais aussi par sa liberté de parole, et après un baiser furtif lors l'un de leurs déplacements de combat par provocation de Sean vers Nathan, les deux garçons vont se rapprocher et intellectuellement et à travers leurs corps brûlants de désirs.

Résultat de recherche d'images pour "120 battements par minutes film"

Campillo va filmer les deux garçons dans leur plus profonde intimité avec une grâce des mains de Nathan (sic) sur le corps de Sean. Campilo fait simple pour ne pas choquer la concierge des immeubles du 16ème, et pour montrer aussi qu'à l'époque malgré la maladie, ces jeunes gens vivaient encore (peut-être par désespoir)  alors que les corps tombaient autour d'eux. Surtout que Sean dont aussi ces T4 baissent inexorablement commence à avoir besoin de soins, et voir Nathan déployé le pack des soins médical sur le corps abîmés de Sean est bouleversant à un haut point, simple mais d'une efficacité rare.

Et Nathan va accompagner le corps et l'âme de Sean jusqu'au dernier moment, tout en lui donnant un dernier plaisir sous les draps à l'hôpital, comme un clin d'œil à la mort. Cela détend un peu l'atmosphère mais l'inéluctable arrive et nos yeux finissent de déverser leurs larmes, mais les armes du groupe n'est pas closes.

Qui sont ces deux jeunes acteurs véritables révélations admirable du film, qui joue chacun à leurs façons leurs personnages, et en leur donnant le reflet de leur personnalité. Des acteurs méconnus et non inconnus, et qui ne vont pas rester longtemps méconnus, si les producteurs français ne les classent pas trop vite dans une case.

D'un côté Nahuel Perez Biscayart est un jeune acteur argentin de 31 ans qui a fait ses débuts dans son pays à 17 ans avant d'être découvert par Benoît Jacquot en France en 2010 dans le film Au fond des Bois, puis par Rebecca Slotowski dans Grand Central au côté de Tahar Rahim et Johan Libereau, La réalisatrice le conseillant à Campillo quand il cherchait son casting. On l'a vu aussi dans Je suis à toi de David Lambert. Cet acteur baroque, ensoleillé comme son pays d'origine avec autant de facettes que le sol et la faune de ses terres d'origine se dévoilent, il donne corps et esprit au film, car c'est lui qui par sa force dans la lutte, ses combats, ses amours, son amour, ses corps qui s'entrelacent et sa mort va rythmer le film étant le point commun de tous les intervenants. Et la scène ou Nathan va prendre le courage d'injecter une dose de curare (avec l'accord implicite e Sean) pour éviter la souffrance de son ami, et l'une des plus fortes qu'on ait vu au cinéma dans ce type de film.

On retrouvera Nahuel dans le prochain film de Albert Dupontel "Au revoir là-haut" et le prochain film de Gaël Garcia Bernal " Si tu voyais son cœur". Il me fait penser un peu à Denis Lavant jeune, j'espère pour lui la même carrière.

De l'autre côté, Arnaud Valois, plus sensuel est un jeune acteur français de 33 ans né à Lyon, qui ne fait pas des débuts dans le début de Campillo, mais pourrais peut-être ouvrir un nouveau chapitre dans sa carrière. Arnaud amène une force dans le jeu de Nathan avec son regard poser sur celui de Sean, de ses mains poser sur le corps de Sean (sic), c'est un jeu électrisant, sensuel, plein de charme et de conviction, même en tant que candide parmi les autres, il amène une force de conviction.

Arnaud Valois n'est pas un novice devant la caméra , car pour les plus assidus , il fait ses premier pas en 2004 à l'âge de 20 ans ou il emmène sa grande carcasse dans les rues du Marais, dans un rôle très furtif dans le court-métrage des frères Christophe et Stéphane Botti "Plutôt d'accord", avant de respirer 2 ans et de venir sous la caméra de Nicole Garcia pour Selon Charlie en 2006 pour son rôle le plus important avant le film de Campillo, puis il jouera dans Cliente de Josianne Balasko et La Fille du RER d'André Téchiné.

Trouvant pas les rôles qui lui correspond et pensant qu'il tourne en rond, il va se tourner dans "le bien être" après un voyage en Asie, où il va en faire sa profession. Maintenant une pépite comme cela, peut-il rester en dehors du cinéma, ce serait du gâchis, mais pas sûr que sa vie actuelle loin des tapis rouges lui fasse changer d'avis par un retour au cinéma, ce qui serait dommage.

120 Battements de grâce : Après l'exploration de la vie des adhérents d'Act-Up , la rencontre et les premiers émois entre Nathan et Sean, la perte de Jérémie, celle de Sean va faire basculer le film dans un univers connu de tous l'accompagnement après la mort, et là Robin Campillo avec des images simples va nous bouleverser , de Nathan qui a compris qu'il fallait pas que Sean souffre, de cette mère (exceptionnelle Saadia Bentaieb ) qui va dans ce petit appartement des deux tourtereaux prendre soins du corps de son fils, recevoir les uns après les autres les amis d'act-Up alors qu'elle ne les connait pas.

Et Campillo ne veut pas rester sur une note émotionnelle, car la vie devant continuer pour les vivants ou plutôt les survivants, Nathan va explorer un autre corps après le départ de Sean pour montrer que la vie doit continuer. A noter aussi c'est rivière de sang rouge qui est devenu la Seine dans l'imaginaire qui donne le frisson , mais qui avait été un des projets d'Act-Up non réalisé.

120 Battements de vie de mouvement : Outre la qualité du jeu de tous les acteurs du film qui forme un tout indissociable, la grande qualité du film est la façon que Robin Campillo à construit son œuvre, car on retrouve à toutes les étapes du film, la grâce, la force d'une réalisation parfaite, qui n'existe que rarement au cinéma, de la conception à l'accouchement de l'œuvre jusqu'à la tournée pour montrer les photos du bébé.

Pour moi le film est le film essentiel cette année, et par son contenu et par la beauté du propos, par la grâce que met Campillo dans son travail de réalisateur, de scénariste, de monteur, car avec ses équipes à trouver une dimension humaine difficile à faire transpirer sur les écrans, comme aussi tous ses comédiens du plus grand rôle, au plus petit petit qui amène une âme supplémentaire au film.

C'est indiscutablement pour moi le film de l'année, que je vais suivre dans ces voyages de récompenses jusqu'en Février. Car pour toutes les raisons que j'ai évoqué, le sujet, la qualité de la réalisation et de sa technique, la force de ses comédiens principaux et le professionnalisme des figurants impossible et inconcevable que ce film puisse continuer de ne pas avoir des prix avant la fin des cessions début Mars.

Deux problèmes vont se poser dans mon esprit si par bonheur le film va jusqu'au César, Meilleur Film ou Meilleur Réalisateur (car oui dans la nouvelle règle c'est plus possible d'avoir les deux) , on va dire Meilleur Film car cela récompenserait le travail de toute une équipe et pour des producteurs qui savent prendre des risques. Arnaud Valois ou Nahuel Perez Biscayart dans la catégorie Meilleur Espoir, comme coeur est en bouilli, allez osez messieurs les votants Nahuel meilleur acteur et Arnaud Meilleur Espoir.

Un film que les adolescents doivent allez voir pour comprendre et savoir, et aux autres de ne pas juger sur les apparences.

120 BPM va rester comme une référence sur le sujet lié au SIDA, alors qu'au States on fait surtout des films juridiques sur le sujet (Normal Heart, Philadelphia) , alors qu'en France l'excellent Les Témoins de André Téchiné avec le merveilleux Johan Libereau, ou N'oublie pas que tu vas mourir de Xavier Beauvois plus suggérés. Par contre je déteste Les Nuits Fauves par le justificatif du comportement de son héros qui ne se protège pas comme si c'était le panard (Cf L'Ange noir de Françoise Giroud).

Ah si comme le premier film de Robin Campillo en tant que réalisateur les morts pouvaient revenir parmi les vivants (enfin sont qu'on a aimés).

Pour finir cette longue chronique, oui malheureusement le combat des associations contre les conséquences du SIDA sur les populations qui n'ont pas les moyens car les laboratoires ne veulent pas donner accès au générique, et aussi parce que les jeunes d'aujourd'hui pensent à tort, que c'est gagner et que c'est qu'une maladie chronique. Non PROTÉGEZ VOUS la seule façon d'éradiquer cette saloperie.

120 Battements par minute est un Très Grand Film essentiel.

NOTE : 19.00

FICHE TECHNIQUE 

Réalisation : Robin Campillo
Scénario : Robin Campillo et Philippe Mangeot
Décors ; Emmanuelle Duplay
Costumes ; Isabelle Pannetier
Photographe : Jeanne Lapoirie
Son : Julien Sicart
Montage : Robin Campillo, Stéphanie Leger et Anita Roth
Musique ; Arnad Rebotini
Production : Hughes Charbonneau et Marie-Ange Luciani
Casting : Leila Fournier, Sarah Teper et Robin Campillo
Maquillage : Virginie Duranteau, Alexis Kinebanyan et Cécile Pellerin
Son : Valérie Deloof, Julien Sicard
Effets Spéciaux : Guy Monbillard
Effets Visuels : Frédéric Geffroy, Julien Pierret, et William Untereiner

DISTRIBUTION







Nahuel Perez Biscayart

Nahuel Perez Biscayart
Rôle : Sean








Arnaud Valois

Arnaud Valois
Rôle : Nathan








Adèle Haenel

Adèle Haenel
Rôle : Sophie








Antoine Reinartz

Antoine Reinartz
Rôle : Thibault








Felix Maritaud

Felix Maritaud
Rôle : Max








Mehdi Touré

Mehdi Touré
Rôle : Germain








Aloïse Sauvage

Aloïse Sauvage
Rôle : Eva








Simon Bourgade

Simon Bourgade
Rôle : Luc

Catherine Vinatier : Hélène
Ariel Borestein : Jérémie
Saadja Bentaib : La mère de Sean
Coralie Russier ; Muriel
Emmanuel Ménard : Le Proviseur
Yves Heck : Le Prof de Français
Naelle Darya : Léa
Samuel Churin : Gilberti
Henry Fonda
Rahim Silvioli Mehdi : Mehdi
























Google+ Badge

Google+ Badge

Google+ Badge